LES FILLES DE LA CHARITÉ
DE ST VINCENT DE PAUL

LE SERVICE DES PROJETS INTERNATIONAUX

EXPÉRIENCE

« La Charité de Jésus-Christ crucifié, qui anime et enflamme le cœur de la Fille de la Charité, la presse de courir au service de toutes les misères ».
-Constitutions des Filles de la Charité de St Vincent de Paul


La meilleure manière de comprendre l’organisation des Filles de la Charité, c’est de partager l’expérience vécue par les Sœurs qui vivent et travaillent dans le monde en développement. Unies entre elles, les Filles de la Charité consacrent leur vie au service des pauvres.

Récits, vidéos, biographies et plus encore, vous offriront un aperçu sur le monde où vivent les populations locales et les Sœurs, et les luttes et la richesse de leur travail en collaboration.

Vérifiez souvent les nouvelles mises à jour.


Nouveau Centre de Formation pour Jeunes Filles à Kinshasa

Le 6 juillet 2018, le Centre de Formation Sœur Mary Bernard (DC) a ouvert ses portes à Kinshasa, en République démocratique du Congo, dans le but de prendre en charge les mères adolescentes. La sœur Germaine Baibika, DC, a joué un rôle déterminant dans l’élaboration de ce centre, car elle a travaillé sur le projet pour L’éducation environnementale des jeunes pour le développement durable.

Ce centre de formation professionnelle peut recevoir 80 élèves et offre des cours de couture, d’esthétique et de coiffure, de cuisine, d’informatique et d’alphabétisation.

Le centre est nommé en mémoire de sœur Mary Bernard, Fille de la Charité, décédée en mai dernier. Elle était enseignante dans plusieurs écoles de Bikoro et de Mbandaka. Elle s’occupait également de réfugiés à Brazzaville, d’enfants aux besoins particuliers et de femmes désirant devenir sœurs. Elle a fait ses études au Congo, à Madagascar, à Paris et en Belgique. Elle a consacré sa vie aux jeunes, en particulier aux filles, ainsi qu’aux pauvres et aux indigents. C’était aussi une passionnée de danse et de sports ! Sœur Mary Bernard avait pris part aux préparatifs pour l’ouverture de ce centre de formation pour les jeunes qui ont décidé de le dédier à sa mémoire.

Le Centre de Formation de la révérende sœur Mary Bernard est un foyer où les jeunes filles qui n’ont pu suivre un programme d’études à cause d’une grossesse involontaire, d’un mariage précoce et/ou par manque de moyens, peuvent acquérir des compétences.


Organisé en collaboration avec l’UNFPA (le Fonds des Nations Unies pour la Population) dans le but de « n’abandonner personne », le projet Kitumaini comprend également un enseignement non formel qui permet la formation professionnelle et la réinsertion socioéconomique des filles.

Étaient présents à la cérémonie : le UNFPA, l’UNESCO, les autorités municipales, les Filles de la Charité, les prêtres piaristes et de l’ordre de Saint Vincent de Paul, les sœurs franciscaines (STIGMATINES), la direction du Collège Anna Fiorelli, la fondation MWIMBA TEXAS, YOU, les filles du camp Kabila, le JCD et les sourds.

La cérémonie a débuté par une messe et des bénédictions, suivies ensuite par des paroles de reconnaissance pour toutes les personnes ayant participé à la création du centre. Les représentants des organisations impliquées ont insisté sur le fait que le but du centre de formation est de permettre aux adolescentes d’acquérir de nouvelles compétences et aptitudes qui contribueront à leur développement social afin qu’elles puissent vivre dans la dignité.

Immédiatement après la coupure du ruban une visite a eu lieu afin de découvrir les différentes sections du centre comme le coin couture et les salles de coiffure et d’esthétique, ainsi que l’équipement qui sera utilisé pour la formation de ces jeunes femmes et adolescentes.


Les filles du camp KABILA ont expliqué comment la vie quotidienne des adolescentes dans un environnement de difficultés sociales et un manque d’éducation les conduisent à tomber enceinte très jeunes, entraînant des avortements et parfois même la mort. Elles ont remercié les instigateurs du projet et leur ont promis de prendre leur formation au sérieux afin de contribuer au développement de leur environnement.

La congrégation des Filles de la Charité est active dans la République démocratique du Congo depuis 1929 dans les provinces de l’Équateur, de Bandundu et de Kinshasa. Elles y ont des hôpitaux, des écoles et des centres pour les personnes handicapées, pour les enfants en difficulté (c’est-à-dire les enfants des rues), pour aider les femmes, ainsi qu’un hospice pour les personnes âgées et le centre DREAM pour les personnes atteintes du VIH et de la malnutrition.

La Jeunesse en chaîne pour le développement (JCD) est aussi une des œuvres des Filles de la Charité. Elle a été créée en réponse à un besoin de la communauté d’être soutenue et accompagnée par les sœurs qui suivent le précepte de Saint Vincent de Paul selon lequel « on ne peut rester insensible au malheur des autres ».